En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

L'éco-conception est votre amie !

Il y a comme un esprit de vacances sur ce blog en ce moment... Eh oui, ça fait un moment que je n'ai rien publié et je reviens vers vous aujourd'hui avec un sujet dont je voulais vous parler depuis un moment : l'éco-conception.

Commençons par le début. Qu'est-ce que c'est au juste ? Le "Guide pratique des allégations environnementales à l'usage des professionnels et des consommateurs" rédigé par le Conseil National de la Consommation (ouf !) définit l'éco-conception de la manière suivante :

"L'éco-conception est l'intégration de critères environnementaux dès la phase de conception d'un produit afin d'en améliorer la performance environnementale tout au long de son cycle de vie. Tous les impacts et aspects environnementaux pertinents liés à l'ensemble du cycle de vie doivent être pris en compte."

La force de cette approche est donc qu'elle est :

- Multi-étapes : on s'intéresse à toutes les étapes du cycle de vie du produit : extraction des matières premières, production, distribution, utilisation et fin de vie.
- Multi-critères : on prend en compte différents critères environnementaux comme les consommation de matières et d'énergie, les rejets dans les milieux naturels, les effets sur le climat, la biodiversité...

Le cycle de vie du produit (Source ADEME).

Ok maintenant vous savez ce que c'est... mais pourquoi éco-concevoir ses produits (biens ou services) ? L'ADEME a définit 4 raisons de mettre en place une démarché d'éco-conception :
- Gestion des risques (réglementaires, opérationnels, économiques ou d'image).
- Maitrise, voire réduction des coûts (matières premières, énergie, logistique, etc.).
- Augmentation des ventes et accès à de nouveaux marchés, grâce à l'innovation apportée par l'éco-conception.
- Fédération des équipes autour d'un projet motivant et porteur de sens.

Les raisons de faire de l'éco-conception par l'ADEME.

Ah ben oui, tout de suite ça prend de l'intérêt non ? Allez, on ne va pas s'arrêter en si bonne voie et je vous propose maintenant de découvrir quelques exemples de ce que cela peut donner concrètement. Vous verrez ainsi que ça n'a rien de bien sorcier ! Toute entreprise, quel que soit son domaine, peut se lancer dans l'éco-conception et en tirer des bénéfices.


Je commence avec ce produit qui m'a épaté par la simplicité et l'évidence de son concept. Picture, célèbre marque de glisse, fabrique des vêtements et des sacs en utilisant matières biologiques ou recyclées. Mais avec son sac Rethink la marque va encore plus loin en s'intéressant à la fin de vie du produit. Que ce soit à force d'usure ou par envie de changer de style, il arrive un moment où les sacs finissent par être jetés. L'idée de Picture a été de concevoir son sac de telle sorte qu'il puisse être découpé afin d'en faire ressortir de nouveaux produits : une housse d'ordinateur portable, une trousse de toilette et deux petites trousses. Au lieu de finir en déchet, le produit est valorisé à travers une seconde vie ! Si c'est pas beau...

Sac Rethink de Picture : donner une seconde vie à un produit en fin d'utilisation.


Deuxième exemple sur l'aspect fin de vie avec un produit tout à fait différent : un pot de plantes ! Créé par le Studio Ayaskan, le pot Growth est évolutif. Sa structure inspiré des origamis va lui permettre de grandir avec la plante et de se transformer pour lui laisser plus de place. Plus besoin de changer de pot lorsque la plante devient un peu à l'étroit, ici c'est le pot qui s'adapte. Un seul pot va donc pouvoir suivre une plante tout au long de sa vie.

Growth, le pot de plantes évolutif du Studio Ayaskan.

Et maintenant, vous prendrez bien un petit café ? Ah oui mais pas n'importe lequel ! Du café Malongo, issu du commerce équitable peut-être ? Oui mais servi par leur machine à café Ek'Oh alors. Plusieurs points ont été amélioré sur cette machine. Son impact est d'abord réduit lors de sa fabrication puisqu'elle est fabriquée en Europe (et même à 80% en France). Puis, lors de sa phase d'utilisation elle va être beaucoup plus économe en énergie que ses concurrentes : 45% de réduction de consommation par rapport aux plus performantes (grâce à une réduction des pertes de chaleur et une veille efficace) ! De plus, ses dosettes sont les seules du marché à être fabriquées en fibres naturelles 100% biodégradables (hop ! au compost !). Pour finir, en fin de vie elle tente de lutter contre l'obsolescence programmée, puisque cette machine est entièrement démontable (ce qui n'est pas le cas de ses copines) et recyclable à 75% ! Sans oublier qu'elle fait un café de haute qualité avec une pression de 21 bars pour extraire les arômes du café... Mmh, j'en prendrais bien une tasse pour goûter moi !

Ek'Oh, la machine à café éco-conçue de Malongo.


Je finis cette série avec un exemple d'éco-conception malgré lui... Je dis ça car à l'époque où cet objet a été conçu, les notions d'éco-conception étaient bien loin d'exister - ce qui ne signifie pas pour autant qu'on ne pouvait pas se soucier de l'environnement, d'économie, de sens pratique, etc. Je parle des montres automatiques et manuelles, qui à l'inverse de leurs consoeurs plus impactantes pour l'environnement, n'utilisent pas de piles ! Elles se remontent, manuellement ou automatiquement donc, par un mécanisme qui va permettre de réarmer le ressort du barillet, puis d'entrainer le mouvement des aiguilles. Ok c'est un peu technique, mais ça signifie simplement que ces montres fonctionnent uniquement par une mécanique ingénieuse et sans aucune pile. Elles sont totalement autonomes (bon, sauf qu'il faut les remonter). L'avantage des automatiques par rapport aux manuelles est que ce remontage se fait tout seul, uniquement grâce aux mouvements naturels du poignet qui porte la montre. Une masse oscillante va entrainer le remontage du ressort par ses mouvements de rotation. Malheureusement, les montres bas de gamme ne sont pas démontables et l'intérêt que l'on gagne en n'ayant pas à utiliser de pile se trouve un peu gâché par le fait qu'au moindre problème la montre ne pourra pas être réparée ! Mais si la montre est démontable, alors elle pourra vivre éternellement, sans utiliser la moindre pile. Je ne sais pas pour vous, mais moi je trouve ça génial !

Les montres automatiques n'ont pas besoin de piles !

Evidemment l'intérêt de l'éco-conception est de voir cette démarche se répandre à toute l'entreprise et pas uniquement à un produit qui leur servirait d'excuse environnemental (du green washing quoi...). Toutefois on voit qu'il existe plein de solutions et que tout le monde peut en tirer avantage !

Et vous ? Avez-vous d'autres exemples d'éco-conception ?


Sources :

NEWSLETTER

Soyez informé des prochaines publications du blog Padlezzar en indiquant votre email ci-dessous.

Pas de souci, la désinscription est possible et facile à tout moment ! Et moi non plus je n’aime pas les spams et les mails de pub, donc soyez certains que votre email ne sera donné à personne !